retour à l'index

Vénus : confessions à nues – Lea Glob, Mette Carla Albrechtsen




Au Danemark, deux réalisatrices trentenaires lancent un appel à casting féminin pour un film érotique basé sur des expériences réelles. Une centaine de candidates, de leur âge ou plus jeunes, répondent spontanément à l’annonce. Dans un studio improvisé, les auditions commencent sous forme de dialogues entre les filmeuses et celles qui leur font face, une à une. Mais le dispositif du casting prend la tournure imprévisible d’une agora, les jeunes femmes interrogées s’emparant des questions posées pour s’exprimer sans détour ni fausse honte sur leur expérience et leur perception de la sexualité. Le flot choral de leurs récits et « confessions », mais aussi ce que racontent leurs visages, leurs gestes, et parfois le corps qu’elles dénudent devant la caméra, dessinent peu à peu un état des lieux collectif : la vie sexuelle d’une nouvelle génération de femmes, décidée à vivre et assumer son désir et sa liberté, mais consciente des obstacles qui les entravent parfois.

Dans cet effeuillage jamais voyeur, ni égrillard ni exhibitionniste, où la sincérité de la parole est essentielle, le regard direct du documentaire donne lieu à un film subtilement érotique, tissé de crudité et de pudeur, de mystère et d’humour, de séduction et d’audace, qui tend à chacun, femme ou homme, jeune ou vieux, un troublant miroir.

Réalisé en 2016

Rediffusion Arte

5 (100%) 1 vote
Documentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Très beau film. L’image est très belle un peu vintage, les femmes sont magnifiques d’authenticité et la caméra hyper bienveillante. Vraiment un très beau documentaire sur la sexualité féminine, le plaisir, le corps, toutes les injonctions et les pressions que l’on reçoit en tant que femme. Petit bémol : belle diversité de corps de femmes mais pas diversités de couleur. Que des femmes blanches cis hétéro avec une rapide mention de l’homosexualité. J’ai personnellement été un peu dérangée par les scènes de nues à la fin car j’ai eu l’impression que c’était de trop. Au final je ne sais pas si ces femmes sont heureuses dans leur sexualité, j’ai plutôt l’impression que c’est une lutte de tous les instants entre savoir ce que l’on veut, être d’accord avec ça, savoir ce que l’on ne veut pas, ne pas avoir honte, résister au injonction, trouver un.e partenaire avec qui on s’épanouit, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php