retour à l'index

Ventres, sons creux – Patricia Grange




C’est un cri, peut être longtemps comprimé. Celui d’une jeune femme qui ne veut pas être mère.
C’est le cri du petit fantôme de l’avenir ayant toujours été présent, mais qui n’a pas sa place dans ce monde aux voies tracées.
C’est le cri d’une femme parmi d’autres qui a compris au prix de regards sombres, que son envie d’avoir des enfants avait été plantée par les siècles, alors que son ventre à elle sonnait creux. L’envie fantôme d’un enfant fantôme. Cette envie vide, c’est une histoire banale au fond, dans notre société supposée laisser le choix de devenir mère. Mais est-ce un choix simple d’interrompre des gestes millénaires, une litanie, des attentes extérieures, quand tout autour nous y prédestine ?
Patricia Grange, auteure béninoise et française, fait le choix, non dicté par d’autres et bien moins par les siècles, de faire grandir son regard par la création, l’écriture et la poésie. Et de faire de son enfant-fantôme un chant de bienveillance qui restera intarrisable pour l’écriture. En espérant que ses poèmes résonnent plus loin encore que dans les terrains conquis par ces évidences…laissons lui la parole.

Je suis née dans un cercle
Dont la Mère est le centre
Dont l’Enfant est la périphérie.
J’ai toujours eu envie
De voir mon ventre s’arrondir
Mais je ne l’ai jamais voulu.
un jour, mon ventre s’est refermé sur ma terre
Je suis devenue éternelle jachère
Mes graines germeront, fleurs d’encre et de papier.

Source

Noter cette oeuvre
Livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php