retour à l'index

La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel – Paola Tabet




Avec l’échange économico-sexuel, on se trouve face à une arnaque fondée sur le plus solide des rapports de classe de toute l’histoire ; le rapport homes /femme.
Les éléments qui concourent à la construction de ce rapport de classe sont ; la division sexuelle du travail et l’accès différencié des femmes et des hommes aux ressources, aux moyens de production et à la connaissance. Dans ce système les femme fournissent une quantité de travail disproportionné. Le surtravail des femmes donne aux hommes la possibilité d’accumuler des richesses avec en conséquence la concentration actuelle des richesses mondiales entre les mains masculines et partant, l’accès et le droit au service sexuels des femmes. De l’autre côté l’appropriation sexuelle du corps des femmes réalisée au moyen de la violence et l’empêchement systématique à la connaissance devient la base et l’instrument de l’appropriation de leur travail.

Tabet fait l’hypothèse que c’est le surplus de travail des femmes, qui joint à l’écart économique existant entre les hommes et les femmes rend possible, l’échange économico-sexuel. Ce surplus de travail des femmes est la condition d’accès des hommes à un surplus de temps libre, donnée déterminante pour le savoir et la création.

Source

Noter cette oeuvre
Livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php